Top
 

Blogue

Être père, ça se fête

Je vis avec un père, le plus merveilleux qui soit. Comme il s'en fait peu. Ce n'est pas le mien, mais celui de mes enfants. Heureux enfants. Ils sont chanceux d'avoir un homme si grand dans leur vie. Un homme inspirant, fort, stable, intelligent, aimant et si patient. Un papa d'amour, un vrai. Juste pour eux trois. C'n'est pas rien. Et aujourd'hui, ils peuvent le fêter, le gâter, l'embrasser autant qu'ils le veulent. C'est la fête des pères. Et dire que ce père ne s'était jamais imaginé l'être. Un gentil tonton au mieux, mais pas un papa. Encore moins de trois. Jusqu'à ce qu'une surprise arrive dans nos vies, bien rapidement. C'était un peu comme gagner à la loto. Une immense vague d'émotions, un cadeau incommensurable sans...

Un an après…

Aujourd'hui est une journée spéciale pour moi. Un anniversaire marquant. Celui de mon nouveau dos. Un an déjà. Douze mois qui ont transformé ma vie, mon quotidien. Le 15 avril 2014, mon merveilleux neurochirurgien, que j'appellerai ici Woody dû à sa grande ressemblance avec Mr Allen, a travaillé six heures de temps à me visser, à six endroits, deux barres de titanium dans le dos. L4, L5, S1. Des vertèbres aujourd'hui bien fusionnées. Le 15 avril 2014, Woody tentait de me fixer afin que je retrouve un peu de qualité de vie. Il m'avait bien dit qu'il n'y avait que 50% des chances que ça me soulage. Un coup de dé, qu'il disait. Et je pensais qu'un dé a six faces et que je préférais de loin...

appréciation + inspiration + contribution = épanouissement

Vous vous souvenez de la pyramide de Maslow? Une pyramide de besoins qui va des ceux qui sont essentiels - se nourrir, se loger, être en sécurité - à l'accomplissement, l'épanouissement. On pense parfois que c'est une pyramide à grimper, marche par marche. J'aime plutôt la regarder comme une construction de Lego (peut-être parce qu'il traine de ces petites pièces un peu partout dans ma maison). Les fondations doivent être solides si on veut extrapoler notre construction vers le haut. La santé en est un bon exemple. Sans elle, c'est bien difficile de s'épanouir, de se sentir au top. C'est malheureusement souvent lorsque l'on place nos dernières petites pièces tout en haut que la construction se met à chanceler. Il y avait peut-être trop de...

Le kale et la famille

Quel défi aujourd’hui de s’alimenter! Surtout en famille. On nous offre le meilleur et le pire, côte à côte, sur les tablettes. Malheureusement, le pire est souvent plus attrayant parce que plus simple à préparer, plus rapide, plus efficace. Et quoi de plus valorisé aujourd’hui que l’efficacité! Dure réalité. Y penser me donne envie de me plonger dans «  L’art presque perdu de ne rien faire » de Dany Laferrière. Prendre son temps, prendre le temps. Pour choisir ses ingrédients, les préparer, les partager en famille. Discuter. Faire un tour de table. C’est aujourd’hui tellement dure à caser entre les devoirs des enfants, le cours de karaté, le bain, l’histoire. "Allez hop, on mange vite; il faut partir dans cinq minutes!" Comment fait-on pour concilier notre besoin...

Et j’ai dansé

Hier, je me suis lancée. Dans le vide. D'accord, j'étais équipée. J'avais tout ce qu'il fallait en moi pour réussir. Mais l'équipement allait-il faillir au dernier moment? Ma voix allait-elle vaciller? Ma mémoire flancher? Mes mots s'entortiller?  Hier, j'ai donné ma première conférence en tant que consultante en santé. J'ai donné de nombreux cours auparavant. Me retrouver devant une classe ne me terrifie pas. Le rôle et la position de professeur m'allaient bien. Je m'y sentais à mon aise. Est-ce que mon nouveau rôle, ma nouvelle mission d'informer et d'inspirer les gens afin qu'ils reprennent le contrôle de leur corps, de leur santé allait-elle aussi bien m'aller? Avais-je fait le bon choix que de me jeter dans le vide, seule devant tous ces gens? Il y a...